Journal de bord, Expédition C-19, Sol 3.

3ème jour pour notre équipage. On a eu un problème de transmission avec la Terre. Plus de contact avec le contrôle au sol à Houston. Nous avons essayé de rétablir le contact mais en vain. Après un Crew Meeting d’urgence, nous nous sommes mis d’accord de continuer comme si rien ne c’était passé. Après tout, nous avons déjà fait face à ce genre de situation pendant l’entraînement. Dans ce cas précis, si la situation en mission n’était pas urgente, nous devions restés concentrés sur le bon déroulé de la mission.

Au fait, en parlant de mission, je ne vous ai pas encore parlé du but de notre venue sur Mars. Car après tout, chaque mission à un but précis.

Nous avons été envoyés sur Mars dans le but entre autre d’aller réparer le rover Curiosity. Il y a un an de ça, le rover à cessé d’émettre et depuis plus aucunes nouvelles du rover. Vous allez penser qu’envoyer un équipage pour aller réparer un rover est un peu inutile, surtout que le prochain rover, Perseverance, devrait bientôt arriver. Le problème est que Curiosity est un rover “éclaireur”, autant pour la recherche scientifique que pour les missions martiennes. Avant de “s’éteindre” Curiosity venait de faire une analyse particulièrement prometteuse. Il était donc important d’essayer d’envoyer un équipage pour aller le retrouver.

Le but de notre mission est claire: nous devons aller chercher Curiosity, le tracter jusqu’à la base pour faire quelques réparations et le ramener à l’endroit où nous l’avons trouvé. Notre base se situant sur la plaine Aeolis Palus (Cratère de Gale), qui est aussi le site atterrissage du rover, nous n’auront aucun mal à retracer le trajet effectué depuis quelques années par Curiosity. Houston nous a confirmé qu’il pourrait se trouver à une soixantaine de kilomètres de la base.

Modèle 3D du Cratère de Gale

Mais depuis notre arrivée, les problèmes se sont enchainés et nous n’avons pas encore pu nous concentrer sur le but de notre venue ici. Aujourd’hui, le principal intérêt était de réparer ce fameux recycleur d’eaux usées. Nous utilisons le même système que dans l’ISS, le Water Recovery System (WRS). Notre sueur, urine et l’eau utilisée pour nous laver sont recyclés par cette machine pour ainsi éviter de perdre la moindre goutte d’eau. Nous nous sommes tous mis à la tâche. Niels, notre Commandant, Lola et Jasmina sont partis en EVA à l’extérieur de la base pour voir si le panneau de gestion du recycleur était en bon état. Tandis qu’Îto, Tim et moi sommes allés changer la partie du WRS qui fuyait, depuis l’intérieur de la base. Pendant que nous étions tous concentrés à notre mission du jour, Tim a eu la bonne idée de passer la playlist que nous avions préparé avant notre départ sur Terre. Chaque membre de l’équipage a proposé des chansons qui lui plaisait ou lui rappelait des moments passés sur Terre, nous avons même des bruits “Terriens” comme par exemple de la pluie qui tombe, des sons d’oiseaux, de forêt etc…

Water Recovery System. Crédit photo: NASA.

C’est ce genre de petites choses qui aident à garder le moral quand nous devons faire face à des problèmes assez importants. Grâce à notre travail d’équipe nous avons pu réparer le WRS, l’équipe EVA a constaté un défaut d’installation par les robots constructeurs mais ont pu tout remettre en place, et nous, nous avons pu réparer et changer les parties défectueuses du WRS, le collecteur d’urine et le tuyau qui fuyait.

Quelle journée ! Vers 19h, nous avons pu refaire un test de transmission avec Houston et nous avons enfin retrouvé le contact avec la Terre ! Donc si vous lisez ce journal, c’est que tout fonctionne correctement !

Fin du journal de bord, Expédition C-19, Sol 3, Journaliste: Whitney.

Crédit photo image mise en avant : NASA/JPL-CALTECH/MSSS.