Journal de bord, Expédition C-19, Sol 2.

Réveil de l’équipage à 7h00 heure locale (Mars).

Après une bonne nuit de sommeil, c’est le début d’une nouvelle journée sur Mars pour l’expédition C-19. Nous avons pris le petit-déjeuner tous ensemble, le Commandant y tient. On va vivre à 6 enfermés ensemble pendant des mois donc autant commencer à prendre de bonnes habitudes. Au menu du petit déjeuner: café, chocolat chaud en poudre sous forme de gourde à laquelle on rajoute de l’eau chaude avant de boire. On a eu le droit à quelques fruits déshydratés (bananes…) et des barres de céréales bien collantes.

A 8h30 nous avons eu notre premier Crew Meeting avec tout l’équipage pour déterminer le programme de la journée. Les tâches principales d’aujourd’hui étaient l’inventaire des denrées alimentaires et la réparation des serres. On devait aller aussi vérifier le système de récyclage d’eaux usées pour voir si tout fonctionnait correctement.

9h: C’est parti pour l’inventaire, Lola Rovce (qui est géologue) et moi sommes parties à la conquête du stock alimentaire. Devant nous se dressait une quantité de nourriture pour environ 6 mois. Sachant que le prochain cargo doit arriver dans 2 mois, nous avons largement assez de stock pour tenir si le nouveau chargement avait un problème en route.

  • Inventaire:
  • 1080 barres de céréales
  • 5 sacs de 20 plats en boîte
  • Un énorme sac de fruits déshydratés.
  • 5 sacs de café, chocolats en poudre
  • 10 paquets de galettes (notre pain à nous).
  • 10 tubes de sauces bien collantes.
  • 30 paquets de “viandes” (en vrai ça ne ressemble pas du tout à de la viande, objet nutritif inconnu au bataillon).
  • 2 sacs remplis de repas de fête préparés (sous boîte)
  • Des bonbons et autres sucreries.
  • Des barres de chocolat (wow le luxe !).

Nous avons mis à peu près deux heures à finir l’inventaire. C’était long mais assez amusant. On a même découvert des petites surprises comme ces biscuits Joviens envoyés par Sens’Astro ! Cela nous a mis un peu de baume au cœur, en pensant à nos amis restés sur Terre.

Petit biscuit Jovien !

Pendant que nous étions occupées à l’inventaire, Îto faisait sa séance de sport. Nous devrons faire entre 2h et 2h30 de sport par jour minimum pour entretenir nos muscles, surtout après avoir passé 10 longs mois en transit interplanétaire. Malgré nos séances de sport quotidiennes dans notre MITV, nos jambes se retrouvent un peu faiblardes. Notre équipement sportif à la base Mariner se trouvent dans le module Voyager. On y trouve un vélo d’intérieur, un rameur, un tapis de course inspiré du TVIS (Treadmill Vibration Isolation System) de l’ISS et un appareil de musculation ARED (Advanced Resistive Exercise Device).

Après notre repas, toujours ensemble, nous nous sommes attaqués à la réparation de la serre du module Venetia. Le module est divisé en laboratoires et en serre hydroponique. L’hydroponie est un système de culture de plantes irriguée grâce à un courant de solution minérale nécessaire aux plantes cultivées. On possède 3 grands chariots avec plusieurs bacs fixés, ce qui donne une culture “hors-sol”. Chaque bac possède des lumières artificielles vu que nous sommes enfermés. Pour l’instant on avait l’objectif de cultiver des salades et des tomates en test.

Culture hydroponique à l’exposition “Moving to Mars” au Design Museum de Londres. Credit photo: SpaceExplorerW

Jasmina Mayers, notre deuxième biologiste et ingénieure a suspecté qu’un fil reliant l’alimentation électrique au transformateur de la base avait été coupé par inadvertance par un des robots chargés d’installer la base avant notre arrivée. Nous sommes allés vérifier la serre et un des câbles était bien coupé. On a pu le changer avec les fils de rechange dans notre caisse de réparation.

A l’heure où j’écris ce journal de bord la serre est officiellement opérationnelle !

Une bonne nouvelle donc mais nous avons remarqués une fuite du recycleur d’eaux usées. Nous avons perdu environ 6 Litres d’eau depuis notre arrivée. Normalement nous sommes censés utiliser moins d’un litre d’eau par jour par personne. Nous avons donc perdus une journée d’eau à cause de cette fuite. Elle a pu être rebouchée en attendant une vraie réparation qui va nécessiter une nouvelle EVA.

Nous ne sommes pas encore très inquiets mais si le recycleur d’eau n’est pas réparé à temps, il se peut qu’on ait quelques problèmes…

Fin du journal de bord, Expedition C-19, Sol 2, Journaliste: Whitney.

Crédit photo de mise en page: HiRISE/UniversityOfArizona